Où sont les criminels du Joola non inculpés jusqu’à présent ? Where are the criminals not charged so far from the Joola?

Leave a comment

20130207-164342.jpg

L’auteur d’un livre sur le Joola accuse : «On a laissé mourir les survivants en faisant croire qu’il y avait des secours sur place»

The author of a book on the Joola charges: “They letting die the survivors into believing that there was relief in place”

Le drame du Joola, la pire catastrophe de l’histoire maritime resurgit au fil des pages d’un ouvrage qui remue le couteau dans une plaie qui peine à cicatriser. Près de 2000 victimes ont péri dans ce drame que narre un auteur Français, rescapé du naufrage du 26 septembre 2002.

«Nous avons passé la nuit à attendre des secours tout en constatant qu’il y avait des bateaux présents qui ne sont pas intervenus, jusqu’au petit matin. Et quand ils sont venus jusqu’à nous, ils nous ont dit qu’ils devaient attendre la Marine nationale. Donc, nous supposons qu’ils avaient déjà contacté les autorités et qu’ils leur avaient demandé de ne pas intervenir et d’attendre la Marine nationale, qui elle-même n’est arrivée qu’en fin d’après-midi », a confié Patrice Auvray, l’auteur du livre « Souviens-toi du naufrage du Joola ». Ouvrage dédicacé à Ziguinchor à l’occasion des 25 ans de la librairie Djibékel.

Dans les colonnes du Populaire, Patrice Auvray de regretter que « les autorités citées dans cette affaire n’ont toujours pas été inquiétées (…). Aucun responsable, dit-il, n’a été sanctionné ici au Sénégal». « C’est elles (les autorités sénégalaises : ndlr) qui l’ont surchargé (le bateau : ndlr) et qui ne sont pas venues secourir les victimes. Parce qu’il y avait énormément de survivants à l’intérieur. Ils n’ont jamais été secourus, on les a laissé mourir en faisant croire qu’il y avait des secours sur place. Ce qui est absolument faux ». (source: Seneweb.com)

20130207-171011.jpg
La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Advertisements

Les Intellectuels Casamançais ont dit

Leave a comment

COMMUNIQUE DU CERCLE DES UNIVERSITAIRES ET INTELLECTULES DU MFDC

Nous condamnons fermement les attaques contre des populations civiles en Casamance, et quel que soit leurs auteurs.
Ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi 01 février au samedi 02 février 2013, est révélateur des mauvaises méthodes du Président de la République du Sénégal visant à mettre fin au conflit en Casamance.
En effet, depuis l’arrivée de la communauté SANT EGIDIO et de certains « Monsieur Casamance » dans le processus de paix, un seul groupe est mis devant les projecteurs, au détriment des autres. Naturellement, quand le Sénégal cherche à diviser le MFDC pour régner, il finit par tomber dans son propre piège.
Nous tenons à rappeler que dans les luttes de libération à travers le monde, les divergences internes aux mouvements en lutte ont toujours existé. Pour cela, nous réitérons notre demande, pour que le Sénégal s’accorde avec nous, sur le choix des Nations Unies par le biais de son Représentant en Afrique de l’ouest, comme organe de médiation dans le conflit qui nous oppose.
Car, les Nations Unies disposent de moyens pour faciliter l’unité au sein du MFDC, préalable et indispensable avant toutes négociations avec l’Etat du Sénégal.
Nous profitons de cette occasion, pour rappeler à certains observateurs à court d’informations sur l’organisation du MFDC, que le problème de la Casamance n’est pas confessionnel ; donc évitons les amalgames. Le Casamançais est fondamentalement animiste.
Par ailleurs, nous dénonçons la sortie du colonel EL HADJ BABACAR FAYE commandant de la zone militaire 5. Car, la gestion du conflit Casamançais par le Président ABDOU DIOUF, ancien Président de la République du Sénégal, par l’incitation à la délation, avait montré ces limites. En effet, cela avaient favorisé beaucoup d’exactions à l’encontre des populations civiles Casamançais par l’armée Sénégalaise, et à contribuer à la division de beaucoup de familles.
A nos yeux, ce commandant de la zone numéro 5 sera tenu pour responsable de toutes les conséquences qui seront liées à son appel à la délation auprès de notre population civile. Ceci, nous amène à demander au Président Macky SALL de prendre ses responsabilités pour la sécurité de notre population civile, car son armé est en terrain ennemi.
VIVE LA CASAMANCE LIBRE ET INDEPENDANTE
LE CERCLE DES UNIVERSITAIRES ET INTELLECTUELS DE LA CASAMANCE

Fait en Europe le 02 – 02 – 2013

La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

The War within in Casamance

Leave a comment

20130203-033651.jpg

Casamance : au moins quatre morts, dont un Français, dans une attaque rebelle

Au moins quatre personnes, dont un Français, ont été tuées lors d’une attaque menée par des séparatistes présumés du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) contre une banque à Kafountine, selon l’armée.

Quatre personnes dont un ressortissant français ont été tuées vendredi soir dans des
affrontements à Kafountine, un village de Casamance, région du sud du Sénégal en proie depuis le début des années 1980 à une insurrection séparatiste, apprend-on samedi de source militaire.

Les fusillades ont éclaté à la suite d’une attaque contre une banque de la ville, menée probablement par des séparatistes du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Le Français tué était marié à une Sénégalaise et vivait sur place. Les autres victimes sont toutes sénégalaises.

Les assaillants ont pris la fuite avec un butin d’environ quatre millions de francs CFA (6.100 euros).

En février 2012, quatre militaires sénégalais ont été tués et neuf autres blessés lors d’un accrochage avec des combattants du MFDC.

Le MFDC, qui estime que la Casamance est victime de discrimination de la part du pouvoir central, a pris les armes en 1982 pour tenter d’arracher l’indépendance de cette province pratiquement coupée du reste du Sénégal par la Gambie anglophone.

Cliquez ici sur video

La coordination de la section du Mfdc au Royaume Uni

Guerre en Casamance : “Ah si c’est Nous”… alors Nouha Cissé serait hypocrite !

Leave a comment

20130131-015908.jpg

Nouha Cissé: « On va tout droit vers une sahélisation de la Casamance »
Mardi 29 Janvier 2013, 12:02

C’est un véritable cri du cœur que l’ancien Proviseur du lycée Djignabo de Ziguinchor a lancé samedi dernier à Paris au cours d’une rencontre entre le comité d’initiative pour la recherche de solutions de paix en Casamance dirigé par Robert Sagna et la diaspora casamançaise installée dans l’Hexagone. Selon Nouha Cissé, il est venu le temps de faire la paix pour sauver la région naturelle de Casamance ou du moins ce qu’il en reste encore. Car, selon son constat, « cette région est entrain de mourir de sa belle mort à cause du conflit armé ».
« La Casamance a mal et je n’exigerai pas en disant que la Casamance est dans la logique d’une région qui est entrain d’être abîmée », a déclaré Le Professeur Nouha Cissé devant une assistance composée d’immigrés sénégalais originaires de la Casamance et de représentants de l’aile extérieure du Mfdc, la rébellion armée qui réclame l’indépendance de la région méridionale du Sénégal. À cause, a t-il déclaré, l’économie locale est entrain de toucher le fond avec la « mort » de l’usine de la Sonacos et des usines de crevettes qui, au-delà de la main-d’œuvre, faisaient fonctionner des activités économiques connexes.
La forêt, autre fleuron de l’économie régionale et même sous-régionale n’est pas en reste. Elle est, selon M. Cissé entrain d’être dévastée. « Le bastion forestier de la sous-région c’est la Casamance. Mais depuis quelque temps cette forêt est saccagée, abîmée par une économie criminelle – le charbonnage, le bois d’œuvre, le bois de chauffe – trois phénomènes extraordinaires qui constituent une dépravation véritablement de la forêt casamançaise », a t-il fait savoir. Avant de prévenir: « A n’y prêter garde, on va vers une situation de sahélisation de la Casamance ».
L’actuel président du Casa Sports, club fanion de la région, estime aussi que l’insécurité ambiante en Casamance a fini de confiner les populations dans une position de survie avec tout ce que cela entraîne comme conséquences. « La réalité c’est qu’on est entrain de survivre en Casamance. On ne vit pas, on survit. On a certes la fonction animale ça on mange, on boit, on respire, on se couche, mais on n’a pas la plénitude de l’épanouissement du cœur et de l’esprit », a t-il précisé regrettant notamment les braquages ainsi que la présence de mines enfouies par les belligérants du conflit.
« En Casamance tout un chacun qui voyage a la peur au ventre avec le risque d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Les forêts et les champs sont aussi pollués de mines », a notamment fait savoir Nouha Cissé qui en appelle à un sursaut des populations afin « de ne pas laisser la région mourir sans réagir ».

La coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Descente en Enfer , Lou is Ending T : Louis Tending au Terminus

Leave a comment

20130131-012909.jpg

Diasporas.fr
» A La Une » Portrait: Louis Tendeng, l’ex-maquisard devenu missionnaire de la paix
Portrait: Louis Tendeng, l’ex-maquisard devenu missionnaire de la paix
Mercredi 30 Janvier 2013, 17:42

Il y a un temps pour la guerre et un temps pour la paix. Cette vieille maxime, Louis Tendeng semble en avoir fait sienne. Ancien compagnon de feu Sidy Badji, ancien chef d’Etat-major du maquis du Mfdc, la rébellion casamançaise, cet homme qui fait partie des fondateurs de Atika (le combattant, en diola), la branche armée de la rébellion, pense qu’il est aujourd’hui venu le temps de faire la paix et tourner la page de plus de trente ans de conflit armé. Pour lier l’acte à la parole, l’homme a, aujourd’hui, troqué ses habits de maquisard contre ceux de missionnaire de la paix. Son nouveau cheval de bataille, parcourir la Casamance naturelle, le Sénégal et, s’il le faut, le monde entier avec désormais comme seul « fusil » en bandoulière son message de paix.
Samedi dernier, il était à Paris avec les membres du comité d’initiative pour la recherche de la paix en Casamance, une structure créée et dirigée par l’ancien ministre d’Etat Robert Sagna. En compagnie de l’ex-édile de Ziguinchor et des autres membres de ce comité de « bonnes volontés », il a distillé un message de paix à l’aile extérieure du Mfdc ainsi qu’à la diaspora casamançaise installée en France les invitant surtout à peser de tout leur poids pour aider à la résolution pacifique du plus vieux conflit armé en Afrique.
S’il ne connaît pas la recette magique pour mettre un terme à cette crise qui ne cesse de faire des victimes et qui porte un sérieux coup au développement social et économique de sa contrée, l’ancien chef de guerre sait, en revanche, pourquoi cette guerre qui ne dit pas son nom n’en finit pas de « tirer en longueur ». C’est que, selon lui, le mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) ou du moins ses combattants, ont rejoint le maquis sans s’y être préparés.
« Si ce conflit a duré aussi longtemps, c’est parce sur la Casamance n’était pas préparée à aller dans le maquis. Nous l’avons fait malgré nous. C’est le gouvernement d’alors qui nous y a poussés » lorsqu’il a maté dans le sang « la manifestation pacifique de décembre 1981″, a fait savoir Louis Tendeng. Autrement dit, quand on est pas préparé à engager une guerre, on a du mal à trouver les moyens de la terminer.
Mais qu’à cela ne tienne. Pour lui, tout est aujourd’hui question de volonté. Car, pense t-il, toute guerre finit toujours autour d’une table de négociations. C’est ainsi qu’il demande à tous les Casamançais ainsi que l’ensemble des composantes de la Nation à encourager l’initiative prise par le maquis du Mfdc d’œuvrer pour le retour de la paix. Il avance même que la rébellion est bien plus consciente qu’on ne pourrait le penser des ravages de cette guerre auprès des populations. Celui-ci est, selon lui, dans les dispositions d’aller à la table des négociations ou s’en donne les moyens.
« Aujourd’hui le maquis est tout à fait d’accord pour aller à la table des négociations malgré certaines divergences », fait-il savoir s’empressant de préciser que « le maquis est en train de faire son unité afin de pouvoir parler d’une seule voix ». Déjà, note t-il, « les hommes de César Atoute Badiate et ceux de Niantang Diatta ont signé des accords pour la réunification du maquis ».
Diasporas.

La paix en Casamance doit être un comportement de tous les jours et elle ne dépendra jamais des hommes vivant à l’extérieur de la Casamance à savoir les sénégalais d’une part et les Casamançais d’autres part.
L’heure n’a pas encore sonnée pour cela , car les génocides perpétrés en Casamance , les violes et meurtres , les exactions et exécutions sommaires en passant par la tragique histoire et dramatique catastrophe du Joola avec 1863 morts causée par le gouvernement du Sénégal : il n’y a aucun coupable jusqu’à présent ! C’est horrible ! Inacceptable !
Le Mfdc ne réside pas seulement en France , il est partout dans les grandes capitales en Europe et en Amérique et en Océanie .
Le Mfdc a tendu une grande main au Gouvernement du Sénégal , en libérant ses otages détenus plus d’un an.
Les sénégalais et leur dirigeant ne respecterons jamais les Casamançais tant que les Casamançais ne se ferons pas respectes : voilà la vérité véridique .

La coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

À Quand la Paix ? Si le Naufrage du Joola reste 0 coupable

Leave a comment

20130126-072705.jpg

20130126-070455.jpg

CASAMANCE processus de PAIX : Cherif Aïdara ,”Aï le Joola dara- le”

Un guide musulman invite Macky Sall à rencontrer Jammeh et Namadjo à Ziguinchor

Ziguinchor, 24 jan (APS) – Le porte-parole du khalife général de Cheikhna Cheikh Mahfouz, Chérif Bouna Aïdara, a appelé, jeudi à Ziguinchor, le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall à organiser, dans la capitale sud du pays, une rencontre tripartite avec ses homologues gambien et bissau-guinéen, pour donner le signal de sa détermination à travailler pour la consolidation de la dynamique de la paix sociale en Casamance.

“Une rencontre tripartite entre les trois présidents (gambien Yaya Jammeh, sénégalais Macky Sall et bissau-guinéen Chérif Namadjo peut consolider à la dynamique de la stabilité sociale” en Casamance, a-t-il dit lors d’un point de presse, en prélude à la ziarra (visite) annuelle de Cheikhna Cheikh Mahfouz Aïdara, prévue les 28 et 29 janvier à Daroul Salam, dans le département de Bignona.
.

20130126-071805.jpg

20130126-072037.jpg

20130126-072240.jpg

Selon Chérif Bouna Aidara, l’ensemble des familles religieuses de la sous-région sont attendues à cette manifestation devant porter sur le thème “L’islam et la culture de la paix”.

“Nous demandons au président Macky Sall de lancer un appel pour réunir les présidents gambien Yaya Jammeh et bissau-guinéen Chérif Namadjo à Ziguinchor (afin de) discuter uniquement de la paix en Casamance”, a insisté le porte-parole de la famille chérifienne.

“Aucune initiative n’est de trop. Je ne me souviens pas en quelle année les trois chefs d’Etat du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée-Bissau ont eu à se rencontrer la dernière fois (…). L’heure est aujourd’hui à la convergence. On demande aux peuples et aux religions de se retrouver, pourquoi pas les dirigeants, pour nous rassurer qu’ils sont ensemble et ont les mêmes préoccupations”, a-t-il plaidé.

Selon Chérif Bouna Aidara, “la situation qui prévaut au Mali pourrait être évité si les dirigeants (ouest-africains) avaient partagé les dynamiques qui constituaient le quotidien de leurs peuples”.

“On reproche souvent à nos dirigeants de se préoccuper trop de ce qui se passe en dehors de leurs territoires. Raison pour laquelle, nous pensons que si les présidents gambien, sénégalais et bissau-guinéen se retrouvent surtout ici à Ziguinchor, ce serait une bonne chose pour redonner espoir et calmer un peu certaines tensions”, a préconisé Chérif Bouna Aidara.

“C’est pour montrer aux gens que nous sommes ensemble et que nous sommes sur la bonne voie, étant donné que certaines rumeurs ne manquent pas (d’amener les gens à) s’interroger si tel ou tel (chef d’Etat) est pour la paix. Il faut que chacun montre sa volonté d’aller vers la paix, parce que la paix ce n’est pas seulement des mots, c’est aussi des actes”, a-t-il indiqué.

“Nous demandons que les présidents gambien et bissau-guinéen fassent des pas. Nous demandons également que le président sénégalais vienne spécialement en Casamance pour la paix et pas pour un Conseil des ministres ou autre chose”, a insisté le porte-parole de la famille chérifienne de la Casamance

La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Moyenne Casamance : Les Villages de Dialam-bernés

Leave a comment

20130122-044432.jpg

Un responsable de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire) “pêche la plaie “entre les villages de Dialambéré

Dialambéré, 19 jan (APS) – Bouna Koita, un responsable local de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire), a souligné, samedi à Dialambéré (en moyenne Casamance), la nécessité d’une “unité des esprits, des cœurs” et l’instauration d’”un climat de paix, gage d’un développement durable” des 76 villages de la communauté rurale de Dialambéré.

20130122-051933.jpg

‘’Nous ne pouvons rien résoudre, ni avoir sans la paix des cœurs, des esprits et dans l’unité, car rien ne se fera dans la division des esprits encore moins dans des clivages et des clans’’, a déclaré M. Koïta, samedi, lors d’une mobilisation politique, organisée dans ce village situé à 48 km de Kolda.

‘’Nous devons être des constructeurs de la paix dans nos villages et plus particulièrement dans le village de Dialambéré qui, aujourd’hui, a perdu son image grâce aux problèmes récurrents qui y sont enregistrés’’, a-t-il ajouté.

Poursuivant son propos, il a ajouté : ‘’Nous ne pouvons pas prétendre réussir le développement de nos villages dans la division, c’est pourquoi j’invite les populations de la zone à travailler dans la paix et le respect, la confiance mutuelle’’.

M Koïta a en outre exhorté les populations à travailler à la massification de l’APR, incitant les jeunes à adopter le slogan : ‘’Je vote donc je suis’’.

Il a invité les ressortissants des villages de la communauté rurale de Dialambéré à s’inscrire sur les listes électorales dans leur communauté rurale d’origine afin d’y accomplir le vote.

La mobilisation qui s’inscrit dans la dynamique de recherche d’un climat apaisé entre les communautés vivant dans cette collectivité a été une l’occasion pour les différents intervenants de mettre l’accent sur les thèmes de la paix et du développement.

A l’entre deux tours la présidentielle, des incidents avaient opposé des populations du village de Dialambéré à celles de Saré Haba, avec à la clé des blessés, des récoltes et du bétail et des cases calcinés dans le village de Sare Haba.

Ces incidents avaient été suivis d’arrestations et d’emprisonnements. Depuis, un climat de méfiance voire conflictuel règne dans la zone.

Le principal responsable de cette situation c’est L’Etat colonisateur et usurpateur du Sénégal corrompu qui détourne à grande échelle les deniers publiques de la Casamance jusqu’au plus haut sommet .
Je vote donc je suis , est la nouvelle chanson ou boutade mensongère de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire) en Casamance… Tous ces “Politichiens “traversent la République Gambienne pour venir raconter des bobards aux villageois dans le seul but de leur ignoble intérêt personnel : “je vote donc je suis fou” n’est ce pas là une bonne réponse à M Bounla Ta-Koi !

La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Older Entries Newer Entries