Guerre en Casamance : “Ah si c’est Nous”… alors Nouha Cissé serait hypocrite !

Leave a comment

20130131-015908.jpg

Nouha Cissé: « On va tout droit vers une sahélisation de la Casamance »
Mardi 29 Janvier 2013, 12:02

C’est un véritable cri du cœur que l’ancien Proviseur du lycée Djignabo de Ziguinchor a lancé samedi dernier à Paris au cours d’une rencontre entre le comité d’initiative pour la recherche de solutions de paix en Casamance dirigé par Robert Sagna et la diaspora casamançaise installée dans l’Hexagone. Selon Nouha Cissé, il est venu le temps de faire la paix pour sauver la région naturelle de Casamance ou du moins ce qu’il en reste encore. Car, selon son constat, « cette région est entrain de mourir de sa belle mort à cause du conflit armé ».
« La Casamance a mal et je n’exigerai pas en disant que la Casamance est dans la logique d’une région qui est entrain d’être abîmée », a déclaré Le Professeur Nouha Cissé devant une assistance composée d’immigrés sénégalais originaires de la Casamance et de représentants de l’aile extérieure du Mfdc, la rébellion armée qui réclame l’indépendance de la région méridionale du Sénégal. À cause, a t-il déclaré, l’économie locale est entrain de toucher le fond avec la « mort » de l’usine de la Sonacos et des usines de crevettes qui, au-delà de la main-d’œuvre, faisaient fonctionner des activités économiques connexes.
La forêt, autre fleuron de l’économie régionale et même sous-régionale n’est pas en reste. Elle est, selon M. Cissé entrain d’être dévastée. « Le bastion forestier de la sous-région c’est la Casamance. Mais depuis quelque temps cette forêt est saccagée, abîmée par une économie criminelle – le charbonnage, le bois d’œuvre, le bois de chauffe – trois phénomènes extraordinaires qui constituent une dépravation véritablement de la forêt casamançaise », a t-il fait savoir. Avant de prévenir: « A n’y prêter garde, on va vers une situation de sahélisation de la Casamance ».
L’actuel président du Casa Sports, club fanion de la région, estime aussi que l’insécurité ambiante en Casamance a fini de confiner les populations dans une position de survie avec tout ce que cela entraîne comme conséquences. « La réalité c’est qu’on est entrain de survivre en Casamance. On ne vit pas, on survit. On a certes la fonction animale ça on mange, on boit, on respire, on se couche, mais on n’a pas la plénitude de l’épanouissement du cœur et de l’esprit », a t-il précisé regrettant notamment les braquages ainsi que la présence de mines enfouies par les belligérants du conflit.
« En Casamance tout un chacun qui voyage a la peur au ventre avec le risque d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Les forêts et les champs sont aussi pollués de mines », a notamment fait savoir Nouha Cissé qui en appelle à un sursaut des populations afin « de ne pas laisser la région mourir sans réagir ».

La coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Descente en Enfer , Lou is Ending T : Louis Tending au Terminus

Leave a comment

20130131-012909.jpg

Diasporas.fr
» A La Une » Portrait: Louis Tendeng, l’ex-maquisard devenu missionnaire de la paix
Portrait: Louis Tendeng, l’ex-maquisard devenu missionnaire de la paix
Mercredi 30 Janvier 2013, 17:42

Il y a un temps pour la guerre et un temps pour la paix. Cette vieille maxime, Louis Tendeng semble en avoir fait sienne. Ancien compagnon de feu Sidy Badji, ancien chef d’Etat-major du maquis du Mfdc, la rébellion casamançaise, cet homme qui fait partie des fondateurs de Atika (le combattant, en diola), la branche armée de la rébellion, pense qu’il est aujourd’hui venu le temps de faire la paix et tourner la page de plus de trente ans de conflit armé. Pour lier l’acte à la parole, l’homme a, aujourd’hui, troqué ses habits de maquisard contre ceux de missionnaire de la paix. Son nouveau cheval de bataille, parcourir la Casamance naturelle, le Sénégal et, s’il le faut, le monde entier avec désormais comme seul « fusil » en bandoulière son message de paix.
Samedi dernier, il était à Paris avec les membres du comité d’initiative pour la recherche de la paix en Casamance, une structure créée et dirigée par l’ancien ministre d’Etat Robert Sagna. En compagnie de l’ex-édile de Ziguinchor et des autres membres de ce comité de « bonnes volontés », il a distillé un message de paix à l’aile extérieure du Mfdc ainsi qu’à la diaspora casamançaise installée en France les invitant surtout à peser de tout leur poids pour aider à la résolution pacifique du plus vieux conflit armé en Afrique.
S’il ne connaît pas la recette magique pour mettre un terme à cette crise qui ne cesse de faire des victimes et qui porte un sérieux coup au développement social et économique de sa contrée, l’ancien chef de guerre sait, en revanche, pourquoi cette guerre qui ne dit pas son nom n’en finit pas de « tirer en longueur ». C’est que, selon lui, le mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) ou du moins ses combattants, ont rejoint le maquis sans s’y être préparés.
« Si ce conflit a duré aussi longtemps, c’est parce sur la Casamance n’était pas préparée à aller dans le maquis. Nous l’avons fait malgré nous. C’est le gouvernement d’alors qui nous y a poussés » lorsqu’il a maté dans le sang « la manifestation pacifique de décembre 1981″, a fait savoir Louis Tendeng. Autrement dit, quand on est pas préparé à engager une guerre, on a du mal à trouver les moyens de la terminer.
Mais qu’à cela ne tienne. Pour lui, tout est aujourd’hui question de volonté. Car, pense t-il, toute guerre finit toujours autour d’une table de négociations. C’est ainsi qu’il demande à tous les Casamançais ainsi que l’ensemble des composantes de la Nation à encourager l’initiative prise par le maquis du Mfdc d’œuvrer pour le retour de la paix. Il avance même que la rébellion est bien plus consciente qu’on ne pourrait le penser des ravages de cette guerre auprès des populations. Celui-ci est, selon lui, dans les dispositions d’aller à la table des négociations ou s’en donne les moyens.
« Aujourd’hui le maquis est tout à fait d’accord pour aller à la table des négociations malgré certaines divergences », fait-il savoir s’empressant de préciser que « le maquis est en train de faire son unité afin de pouvoir parler d’une seule voix ». Déjà, note t-il, « les hommes de César Atoute Badiate et ceux de Niantang Diatta ont signé des accords pour la réunification du maquis ».
Diasporas.

La paix en Casamance doit être un comportement de tous les jours et elle ne dépendra jamais des hommes vivant à l’extérieur de la Casamance à savoir les sénégalais d’une part et les Casamançais d’autres part.
L’heure n’a pas encore sonnée pour cela , car les génocides perpétrés en Casamance , les violes et meurtres , les exactions et exécutions sommaires en passant par la tragique histoire et dramatique catastrophe du Joola avec 1863 morts causée par le gouvernement du Sénégal : il n’y a aucun coupable jusqu’à présent ! C’est horrible ! Inacceptable !
Le Mfdc ne réside pas seulement en France , il est partout dans les grandes capitales en Europe et en Amérique et en Océanie .
Le Mfdc a tendu une grande main au Gouvernement du Sénégal , en libérant ses otages détenus plus d’un an.
Les sénégalais et leur dirigeant ne respecterons jamais les Casamançais tant que les Casamançais ne se ferons pas respectes : voilà la vérité véridique .

La coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

À Quand la Paix ? Si le Naufrage du Joola reste 0 coupable

Leave a comment

20130126-072705.jpg

20130126-070455.jpg

CASAMANCE processus de PAIX : Cherif Aïdara ,”Aï le Joola dara- le”

Un guide musulman invite Macky Sall à rencontrer Jammeh et Namadjo à Ziguinchor

Ziguinchor, 24 jan (APS) – Le porte-parole du khalife général de Cheikhna Cheikh Mahfouz, Chérif Bouna Aïdara, a appelé, jeudi à Ziguinchor, le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall à organiser, dans la capitale sud du pays, une rencontre tripartite avec ses homologues gambien et bissau-guinéen, pour donner le signal de sa détermination à travailler pour la consolidation de la dynamique de la paix sociale en Casamance.

“Une rencontre tripartite entre les trois présidents (gambien Yaya Jammeh, sénégalais Macky Sall et bissau-guinéen Chérif Namadjo peut consolider à la dynamique de la stabilité sociale” en Casamance, a-t-il dit lors d’un point de presse, en prélude à la ziarra (visite) annuelle de Cheikhna Cheikh Mahfouz Aïdara, prévue les 28 et 29 janvier à Daroul Salam, dans le département de Bignona.
.

20130126-071805.jpg

20130126-072037.jpg

20130126-072240.jpg

Selon Chérif Bouna Aidara, l’ensemble des familles religieuses de la sous-région sont attendues à cette manifestation devant porter sur le thème “L’islam et la culture de la paix”.

“Nous demandons au président Macky Sall de lancer un appel pour réunir les présidents gambien Yaya Jammeh et bissau-guinéen Chérif Namadjo à Ziguinchor (afin de) discuter uniquement de la paix en Casamance”, a insisté le porte-parole de la famille chérifienne.

“Aucune initiative n’est de trop. Je ne me souviens pas en quelle année les trois chefs d’Etat du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée-Bissau ont eu à se rencontrer la dernière fois (…). L’heure est aujourd’hui à la convergence. On demande aux peuples et aux religions de se retrouver, pourquoi pas les dirigeants, pour nous rassurer qu’ils sont ensemble et ont les mêmes préoccupations”, a-t-il plaidé.

Selon Chérif Bouna Aidara, “la situation qui prévaut au Mali pourrait être évité si les dirigeants (ouest-africains) avaient partagé les dynamiques qui constituaient le quotidien de leurs peuples”.

“On reproche souvent à nos dirigeants de se préoccuper trop de ce qui se passe en dehors de leurs territoires. Raison pour laquelle, nous pensons que si les présidents gambien, sénégalais et bissau-guinéen se retrouvent surtout ici à Ziguinchor, ce serait une bonne chose pour redonner espoir et calmer un peu certaines tensions”, a préconisé Chérif Bouna Aidara.

“C’est pour montrer aux gens que nous sommes ensemble et que nous sommes sur la bonne voie, étant donné que certaines rumeurs ne manquent pas (d’amener les gens à) s’interroger si tel ou tel (chef d’Etat) est pour la paix. Il faut que chacun montre sa volonté d’aller vers la paix, parce que la paix ce n’est pas seulement des mots, c’est aussi des actes”, a-t-il indiqué.

“Nous demandons que les présidents gambien et bissau-guinéen fassent des pas. Nous demandons également que le président sénégalais vienne spécialement en Casamance pour la paix et pas pour un Conseil des ministres ou autre chose”, a insisté le porte-parole de la famille chérifienne de la Casamance

La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

Moyenne Casamance : Les Villages de Dialam-bernés

Leave a comment

20130122-044432.jpg

Un responsable de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire) “pêche la plaie “entre les villages de Dialambéré

Dialambéré, 19 jan (APS) – Bouna Koita, un responsable local de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire), a souligné, samedi à Dialambéré (en moyenne Casamance), la nécessité d’une “unité des esprits, des cœurs” et l’instauration d’”un climat de paix, gage d’un développement durable” des 76 villages de la communauté rurale de Dialambéré.

20130122-051933.jpg

‘’Nous ne pouvons rien résoudre, ni avoir sans la paix des cœurs, des esprits et dans l’unité, car rien ne se fera dans la division des esprits encore moins dans des clivages et des clans’’, a déclaré M. Koïta, samedi, lors d’une mobilisation politique, organisée dans ce village situé à 48 km de Kolda.

‘’Nous devons être des constructeurs de la paix dans nos villages et plus particulièrement dans le village de Dialambéré qui, aujourd’hui, a perdu son image grâce aux problèmes récurrents qui y sont enregistrés’’, a-t-il ajouté.

Poursuivant son propos, il a ajouté : ‘’Nous ne pouvons pas prétendre réussir le développement de nos villages dans la division, c’est pourquoi j’invite les populations de la zone à travailler dans la paix et le respect, la confiance mutuelle’’.

M Koïta a en outre exhorté les populations à travailler à la massification de l’APR, incitant les jeunes à adopter le slogan : ‘’Je vote donc je suis’’.

Il a invité les ressortissants des villages de la communauté rurale de Dialambéré à s’inscrire sur les listes électorales dans leur communauté rurale d’origine afin d’y accomplir le vote.

La mobilisation qui s’inscrit dans la dynamique de recherche d’un climat apaisé entre les communautés vivant dans cette collectivité a été une l’occasion pour les différents intervenants de mettre l’accent sur les thèmes de la paix et du développement.

A l’entre deux tours la présidentielle, des incidents avaient opposé des populations du village de Dialambéré à celles de Saré Haba, avec à la clé des blessés, des récoltes et du bétail et des cases calcinés dans le village de Sare Haba.

Ces incidents avaient été suivis d’arrestations et d’emprisonnements. Depuis, un climat de méfiance voire conflictuel règne dans la zone.

Le principal responsable de cette situation c’est L’Etat colonisateur et usurpateur du Sénégal corrompu qui détourne à grande échelle les deniers publiques de la Casamance jusqu’au plus haut sommet .
Je vote donc je suis , est la nouvelle chanson ou boutade mensongère de l’Alliance pour le Partage du Rançon ( APR au pourboire) en Casamance… Tous ces “Politichiens “traversent la République Gambienne pour venir raconter des bobards aux villageois dans le seul but de leur ignoble intérêt personnel : “je vote donc je suis fou” n’est ce pas là une bonne réponse à M Bounla Ta-Koi !

La Coordination de la Section du Mfdc au Royaume Uni

L’incident frappant selon Ramadan

Leave a comment

20130122-025940.jpg

Mali – Tariq Ramadan : «Tout se passe comme si la France exprimait soudain sa solidarité politique de façon gratuite, généreuse et sans recul»

La guerre au Nord-Mali ne laisse pas indifférent le professeur d’études islamiques Tariq Ramadan. Dans un texte publié dans la presse, l’universitaire revient sur les engagements de la France au Mali et les enjeux de l’intervention militaire destinée à chasser les islamistes et restaurer au Mali sa souveraineté.

« Tout se passe comme si la France exprimait soudain sa solidarité politique de façon gratuite, généreuse et sans recul. Or dans les coulisses des bouleversements politiques récents, la France n’a eu de cesse d’interférer, de faire pression, d’écarter les acteurs maliens gênants (politiques ou militaires) et de créer des alliances utiles, au sommet de l’Etat comme sur les terrains tribal, civil et militaire », a soutenu l’intellectuel musulman.

Pour Ramadan, « le peuple ami malien vaut bien que l’on défende son sang, sa liberté et sa dignité quand on sait, accessoirement, ce que peut receler son désert de gaz et de pétrole ». Parce qu’avec la chute de Kadhafi, « les perspectives d’exploitation se sont ouvertes pour les compagnies françaises (au premier chef Total), italiennes (ENI) et algériennes (Sipex, filiale de Sonatrach) qui ont déjà investi plus de 100 millions de dollars (selon les estimations) en études et forages malgré les difficultés dues à l’aridité et à l’insécurité, a renchéri Tariq Ramadan, qui cite une révélation du Canard Enchaîné sur le Qatar, allié de la France, qui aurait signé avec Total, un accord pour exploiter le pétrole du Sahel. Le Qatar qui financerait les organisations islamistes en faction au Nord-Mali.

Take a look at this video

La Coordination de la Section du Mfdc
au Royaume Uni

Hommage:Père pour la Nation Casamançaise

Leave a comment

20130121-041118.jpg

La cote de popularité du leader charismatique du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) serait-elle en train d’augmenter à mesure que ses disciples commémorent l’anniversaire de sa disparition ? Cette question, tout le monde se la pose dans la capitale de la région sud du pays. En effet, si l’année dernière quelques dizaines de personnes seulement avaient participé à ladite manifestation commémorative, en 2011, elles seraient plus de 2500.

En effet, si l’on en croit le porte-parole du Mfdc Abdou Elinkine Diatta, « au moins deux mille cinq cents personnes » auraient pris part à la veillée de prières et à la procession silencieuse organisées à la mémoire du prélat, les 19 et 20 janvier dernier.

Ces statistiques, toutefois difficiles à vérifier, sont celles des organisateurs de la semaine de commémoration de l’anniversaire de la disparition de l’Abbé Augustin Diamacoune Senghor, le 13 janvier 2007 à Paris.

La première manifestation a eu lieu à « Mangoukouroo », place mythique d’où est né, le 26 décembre 1986, le conflit fratricide dans la région méridionale du pays.

Le lendemain, « les fidèles » qui ont organisé une veillée de prières et de chants religieux sur ce site historique, se sont ébranlés, avec d’autres qui les ont rejoints, pour le village de Brin où repose l’âme de Feu l’Abbé Diamacoune Senghor.

Selon Abou E. Diatta, « le thème de cette semaine est inspiré d’une phrase de l’Abbé Diamacoune qui disait : ‘’ si c’est un courage de faire la guerre, il est encore plus courageux de faire la paix’’ »

Mohamed FAMA , ( source Scoopsdeziguinchor.Com)

20130121-041159.jpg

we say no to the destruction of Mangrove in Casamance

Leave a comment

We speak with one voice on human rights, health, respect for the ecosystem of the region Casamance in Senegal. We, the undersigned, represent a few thousand e
We, the undersigned, represent a few thousand people in Casamance and around the world, living, working, and taking care of our children in this southern region of Senegal.
We contribute to the development of this region and our cultures around the world, are rich and poor, have the face
We contribute to the development of this region and our cultures around the world, are rich and poor, have the face of our community, you will find us in our our rice fields, our forests, our schools, in our mosques and churches, and many of us have chosen to fight to preserve our ecosystem.
Following the Ministerial Decree No. 10455-MEM DMG dated 26 November 2004, you began exploration in the project Zircon Casamance region Niafourang-Abene
However, this same area was declared by presidential decree in 2004, Marine Protected Areas (MPAs) whose role is to: => Protect exploited fish populations, promote
=> Protect exploited fish populations, promote the production of offspring that help repopulate the fishing. => Preventing damage to habitat and
=> Preventing damage to habitat and promote the recovery of it. => Facilitate ecosystem recovery after disturbance or major natural and

Older Entries