20120725-123837.jpg

LERAL.NET De retour d’une tournée en Casamance dans le cadre de la campagne de son association “Djibonkèt” pour le développement et la paix en Casamance, l’actrice de cinéma américain Ndèye Binta Goudiaby s’est dite engagée et déterminée à entrer au dialogue avec les maquisards pour un retour définitif de la paix au sud du pays. Rencontre avec la miss ziguinchor 98 dans une première partie de l’interview qu’elle nous a accordée.
Ch Camara | Mercredi 25 Juillet 2012

Bonjour Binta présentez-vous à nos internautes ?

Je m’appelle Ndèye Binta Goudiaby, je suis sénégalaise originaire de la Casamance. Aussi je suis une actrice de cinéma Nhollywood et Hollywood, je vis en Californie aux Etats-Unis. Vous venez d’effectuer une tournée en Casamance. Pouvez-vous nous en dire plus ? Je suis venue visiter mon pays le Sénégal, plus particulièrement la Casamance dans le cadre de ma campagne de mon association « Djibonkèt » pour la paix en Casamance. En tant qu’ambassadrice de la paix nommée par SOS Casamance, je suis venue pour apporter mon soutien aux populations et communiquer avec elles afin de les faire comprendre qu’en tant que fille de cette localité, qu’on est prête pour un retour définitif de la paix et le développement au sud du pays. Et j’appelle à toutes les populations de la Casamance de venir se joindre à « Djibonkèt » pour le développement de la région. Alors vous avez eu à sillonner quelques villages ? Tout à fait, ça été vraiment cool. J’ai d’abord commencé par Bignona ou j’ai fait tous les orphelinats, j’ai rencontré des GIE de femmes, et quelques villages comme Badiana, Kabiline, Djiatock, etc. et puis en Gambie. Aussi cela m’a fait plaisir d’apprendre qu’il y avait d’autres villages qui m’attendaient et qui voulaient m’accueillir dans le cadre de la couronne de la paix, malheureusement je n’ai pas pu faire le déplacement. Ce qui fait que je dois me préparer à effectuer une grande tournée pour la paix en Casamance, prévue pour décembre prochain. Et cette fois-ci je veux réunir tous les villages de la Casamance. Maintenant je suis de retour à Dakar pour me reposer avant de repartir aux Etats-Unis ou d’autres challenges m’attendent. On peut savoir les raisons qui vous ont amenée en Gambie ? Il y avait des journalistes qui m’attendaient là-bas. Ils ont sollicité mon manager depuis les Etats-Unis dans le but de me rencontrer en tant qu’actrice sénégambienne de cinéma. N’oubliez pas que je suis père Sénégalais et de mère gambienne et que j’étais « Miss Waw » en Gambie. Donc ils me connaissaient très bien pour y avoir vécu. En plus il y a des femmes qui font partie de ma fondation Djibonkèt pour la paix en Casamance. Là-bas aussi il y a une grande campagne qui m’attende au mois de décembre ou je dois rencontrer le président de la République gambienne. Pourquoi avoir pris une telle initiative ? J’ai choisi la Casamance parce que je veux la paix dans mon pays. Même si aujourd’hui je suis citoyenne américaine, j’ai décidé de revenir parce que c’est ici(Sénégal) que j’habite et que je connais. Je veux que les Casamançais soient fiers de leur localité et que le gouvernement du Sénégal fasse les négociations avec la vérité, qu’il sache que ce sont des intellectuels qui habitent dans cette localité et non des gens qui sont sortis dans la maquis et qui y restent. Maintenant on est dans un monde où personne ne peut mentir personne. Pour communiquer avec ces gens, il faut que tu sois réel et dire la vérité. Car c’est la vérité qui amène la paix. Mais mentir qui ne fait mélanger les choses. Il faut que les gens sachent que Si on dit la Casamance, ce ne sont pas uniquement les Diolas, la Casamance englobe toutes les ethnies que nous avons au Sénégal. Donc je demande aux gens gouvernement du Sénégal, que c’est eux qui gèrent les négociations. Ils n’ont qu’à poser le débat sur la table et négocier avec la vérité et que les choses soient claires pour une bonne fois et qu’on puisse comprendre pourquoi depuis 30 ans la paix n’est pas encore rétablie. C’est ce que j’attends d’eux. Si aujourd’hui le gouvernement du Sénégal faisait appel à vous pour dialoguer avec les maquisards, auriez-vous accepté ? Je suis prête pour faire partie de l’équipe du dialogue, parce que je suis ambassadrice de la paix en Casamance et je veux savoir toute la vérité. Je suis prête à entrer dans le maquis pour savoir comment le gouvernement sénégalais fait pour communiquer avec les maquisards et que pendant tout ce temps le dialogue ne passe pas. Est-ce que vous croyez à cette paix ? Absolument ! On est vers la destination de la paix définitive. Je pense que cette paix va bientôt s’installer car il y a déjà des signes annonciateurs de paix. Je le crois parce que je suis positive et je vois la paix venir à condition que le gouvernement soit prêt à communiquer sans tromper. Mêmes les maquisards veulent la paix, mais dans la vérité. Pourquoi mentir ? Avec la paix il y aura le développement Interview réalisée par Cheikh Camara COKA

La Coordination de la Section du Mfdc du Royaume Uni

20120725-124153.jpg

Advertisements