20120711-031732.jpg

‘’Nous sommes 0,2%, alors que la couverture normale, c’est 2% de donneurs de sang pour qu’une population soit bien couverte’’, a dit Youssouph Sagna, en marge d’un don de sang organisé dans le cadre du 21-ème séminaire de la section médinoise des étudiants sénégalais en Arabie Saoudite ouvert depuis vendredi, pour prendre fin jeudi prochain.

Quelque 34 pochettes de sang ont été collectées dans la matinée auprès des participants à l’école primaire de Quinzambougou.

Signalant que la banque de sang de l’hôpital régional collecte ‘’10 fois moins’’ que les besoins de sang existants, le laborantin a lancé : ‘’nous avons un manque de sang vraiment colossal, surtout du côté des enfants de la pédiatrie (et) des femmes qui accouchent au niveau de la maternité’’.

‘’Beaucoup de décès que nous constatons actuellement à l’hôpital, c’est par manque de sang’’, a témoigné M. Sagna.

Dans la journée, la maternité peut recevoir jusqu’à huit femmes victimes d’hématomes rétro-placentaires (HRP) et qui doivent obligatoirement disposer de sang pour accoucher. Si elles doivent accoucher sans avoir de sang, il y a ‘’risque imminent’’ de décès de la femme ou de l’enfant. Les globules rouges sont aussi demandés par les césarisées ou les personnes qui subissent une opération ouverte.

La position de l’hôpital, situé loin de la ville, empêche les donneurs qui n’en ont pas les moyens de louer un taxi pour s’y rendre.

”Ce qui oblige hôpital régional à organiser des collectes dans la ville, à la SODEFITEX et dans les villages”, a relevé M. Sagna qui a insisté sur la nécessité de sensibiliser les populations, pour leur faire comprendre l’importance de faire don de leur sang, pour sauver des vies, le sang ne se fabriquant pas. Les ‘’faibles moyens’’ de l’hôpital et l’ ‘’insuffisance du personnel’’ ont été également évoqués comme des contraintes.

Lors de la journée mondiale du don de sang en juin dernier, l’hôpital a pu tout de même atteindre un ‘’bon taux’’ de collecte, avec l’aide de la chaîne locale de la RTS (publique), a-t-il dit.

20120711-032442.jpg
Le responsable du séminaire Moustapha Tounkara a expliqué l’organisation de ce don de sang par le souci d’ ‘’aider des musulmans et non-musulmans’’ dans le besoin, conformément au verset coranique ‘’Celui qui tue exprès une âme, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité, celui qui fait vivre une âme c’est comme s’il avait fait vivre toute l’humanité’’.

Le don de sang est introduit pour la première fois, lors de cette 21-ème édition, dans les activités de cette rencontre annuelle d’études qui tourne autour de cours islamiques, de conférences, tables rondes, a indiqué le surveillant général du séminaire Abdallah Ndiaye.

Il a noté que les séminaristes sont prêts à s’engager dans ‘’toute action de bienfaisance’’. Un opération de nettoiement était prévue mais n’a pu avoir lieu, en raison du programme chargé, a dit Tounkara.

Quelque 150 Sénégalais étudient en Arabie Saoudite, dont la plupart à Médine. La section de Djeddah organise simultanément un séminaire à Linguère.

cliquez ici

La Coordination de la Section du Mfdc du Royaume Uni

Advertisements