20120706-191642.jpg

La Casamance, avec sa paix tant convoitée, cette paix qui avance, puis recule et se fait désirer ! Aujourd’hui, toute la matinée durant, une exposition pour le moins inédite et insolite a été faite d’abord devant l’esplanade puis à l’intérieur du poste de commandement (PC) du secteur 51 d’Oussouye. Un corps inerte, d’un homme bardé de gris-gris, gisant dans une marre de sang, avec le crane littéralement fracassé, un visage ruiné par un obus! Cet homme est un rebelle qui venait d’être tué ce matin par les hommes du colonel Djibril Kanouté, lors d’un accrochage survenu au village d’Emaye situé à une dizaine de km de la commune d’Oussouye en allant vers le Cap Skirring.

Un soldat rencontré au Pc témoigne « Tôt ce matin, nous avons été alertés par des coups de feu de l’ennemi au niveau de cette zone, aussitôt nous y sommes dépêchés avec la pleine maitrise de leur mode opératoire, consistant à simuler une attaque aux fins de nous monter une embuscade à notre passage. Nous avons ainsi à notre départ du Pc pris toutes nos mesures pour éviter leur traquenard et leur infliger une sévère correction. Cet homme que voyez là était sans doute leur meilleur tireur, car il était puissamment armé d’une RPG 7 et des grenades d’assaut et était dans une position à faire mal à l’armée » a-t-il retracé. « Du côté de l’armée, juste, un blessé léger » a-t-on signalé, évacué après soins primaires à l’infirmerie du Pc d’Oussouye, à Ziguinchor.

Quid de la pertinence de ce « trophée de guerre » exposé à la place publique où pas mal de potaches à leur descente de l’école ont failli perdre leurs esprits, faute de recueillir une version militaire la dessus, les commentaires font leur libre cours ; du genre, « c’est une excellente occasion de dissuader les jeunes de la localité de rejoindre le maquis» estiment d’aucuns pendant que d’autres trouvent le contraire, estimant que « ça peut être ressenti au niveau du maquis comme une humiliation qu’il faut vite laver en accentuant des exactions, des braquages et autres voies de fait sur les populations civiles ».

Pire dénoncent certains, c’est une « insulte à notre culture qui interdit formellement à nos mineurs et même à certaines personnes majeures de voir ou d’assister à une scène d’effusion de sang ou odieuse ; du genre meurtre ou accident routier mortel ».

C’est dire que ce jeudi, à Oussouye, la journée est loin d’être rose, l’ambiance qui règne au niveau de la Zone militaire N0 5 du secteur 51, est vraiment une ambiance de mobilisation de guerre sans réserve au regard du déploiement militaire dont le commandement n’a pas hésité à sortir une lourde artillerie, le tout sur fond de tension et de pression maximales.

Tout compte fait, la vie se passe de la manière la plus ordinaire possible au niveau de la commune tout comme dans parages proches. Le reste du département n’est presque pas au courant de la situation et vit comme si de rien n’était. ( Source Scoopsdeziguinchor.com )

La Coordination de la Section du Mfdc du Royaume Uni

Advertisements