20120612-154825.jpg

Le commandant en chef des rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) autorise la libération des militaires prisonniers. Mais cette libération n’est pas sans condition. Dans un communiqué qu’il a fait parvenir au gouvernement, qui a été rendu public hier, il mentionne que ces soldats ne seront libérés que si l’Etat accepte la tenue des négociations en terrain neutre, hors du continent africain, et la médiation de la communauté Sant’Egidio.
Par ailleurs il serait mieux de négocier avec tous les ténors du mouvement des forces démocratiques de Casamance de la diaspora éparpillés respectivement en France, Suisse , Allemagne, Angleterre, Italie , États Unis …

Advertisements